AFP: L’un des plus anciens quotidiens du Brésil abandonne le papier via @tfsalomon

L’un des plus anciens quotidiens du Brésil abandonne le papier

RIO DE JANEIRO — L’un des plus anciens quotidiens du Brésil, l’influent Jornal do Brasil, populairement appelé « JB » (prononcer Jota Bé), abandonne mercredi le papier pour devenir le premier journal exclusivement numérique du pays.

Pour donner le coup d’envoi à cette nouvelle phase pionnière, le JB, fondé en 1891 à Rio de Janeiro, publiera un article du président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva « spécialement écrit pour l’occasion », affirme mardi le journal sur son site web.

« Cohérent avec sa tradition de pionnier, le journal, une fois de plus, est en avance sur son temps », lit-on dans les publicités destinées aux lecteurs, rappelant qu’en 1995, c’était déjà le premier quotidien brésilien à se lancer sur internet.

Mais c’est également dans les années 1990, après des crises financières successives, qu’il a vu sa diffusion baisser au bénéfice de son concurrent historique, O Globo. Même après sa vente en 2001, le journal n’a pas réussi à récupérer son aura et a dû se battre pour ne pas mourir, rappellent mardi des analystes du secteur.

Le Jornal do Brasil qui était tiré à 17.000 exemplaires en semaine et 22.000 le dimanche, employait 180 personnes dont 60 journalistes. Dans sa phase électronique il compte « sur une équipe de 150 collaborateurs (…) un nombre adéquat à la taille des nouveaux défis », souligne JB.

Le quotidien, qui s’est élevé contre le régime militaire (1964-1985) et s’est toujours battu pour la liberté d’expression, affirme sur son site « qu’il continuera d’exister, agile, moderne et influent », et plus « écologique ».

« Chaque jour où un journal comme JB n’est pas imprimé sur papier, ce sont 72 arbres en moins qui sont abattus. Sur l’année ce sont quelque 30.000 arbres qui sont épargnés », souligne JB.

A partir de mercredi et durant quinze jours, le JB électronique sera ouvert à tous les lecteurs, mais ensuite seuls les abonnés y auront accès au prix de 9,90 reais (quelque cinq euros) par mois.

« C’est l’équivalent de 20% du prix de l’ancien abonnement sur papier », souligne JB.

De nombreux lecteurs déplorent déjà sur leurs blogs qu’avec ce passage au 100% numérique de JB, le groupe Globo « va encore accroître son hégémonie médiatique ».

Le ministre de la communication sociale du gouvernement, le journaliste Franklin Martins a considéré quant à lui « normal » le passage à l’ère numérique, selon JB. « Je pense que dans 25 ans, tous les journaux du pays abandonneront le papier », a-t-il estimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *